CARMAT : réussite d’une première implantation commerciale à Naples

  •   Le 21/07/2021 à 18h14
  •   DEHOUI Lionel

Carmat, fondée en 2008, a vendu pour la première fois une copie de son cœur entièrement artificiel (sous la marque Aeson). L’organe a été implanté chez un patient en Italie de façon temporaire en attendant la transplantation réelle. Il s’agit d’une étape importante annoncée par la société française de technologie médicale lundi, faisant monter en flèche sa part de marché boursier.

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ceci est une annonce pour trader les CFD avec eToro
CARMAT : réussite d’une première implantation commerciale à Naples

Une opération de plus de 150 000 euros

La société a indiqué dans un communiqué que cette implantation a été réalisée par l’équipe du Dr Ciro Maiello, chirurgien cardiaque au centre hospitalier de Naples. C’est l’un des centres les plus expérimentés dans le domaine des cœurs artificiels en Italie.

Pour Carmat, qui a connu une augmentation de capital de 56 millions d’euros en mars, cette opération représente la première cession depuis sa création en 2008. Elle marque aussi une avancée importante et un début de développement de l’entreprise. Ce cœur est conçu pour offrir des alternatives thérapeutiques aux patients atteints d’insuffisance cardiaque biventriculaire terminale.

Un porte-parole a indiqué à l’Agence France-Presse que jusqu’à présent, le cœur Aeson n’a pas été utilisé en dehors de la recherche clinique. Il a aussi souligné que le coût financier de l’opération dépasse 150 000 euros. Le paiement est pris en charge par le système de santé régional, en attendant d’être remboursé par l’État.

Le directeur général de Carmat, Stéphane Piat, a déclaré lundi à BFM Business que le coût de ce cœur est « d’environ 200 000 euros au total ». D’après ses propos, le groupe a présentement deux objectifs : vendre le plus rapidement possible et réduire les coûts de production.

 

Les cours grimpent chez Carmat

Après l’annonce, lors de l’ouverture de la cotation à la Bourse de Paris lundi, le titre Carmat a progressé de 11,7 % à 25,85 euros, alors que le marché reculait de 1,2 %. Le 15 juillet, Carmat a annoncé qu’elle implanterait un cœur artificiel dans le corps humain pour la première fois aux États-Unis. Cette déclaration avait été faite dans le cadre d’une étude clinique menée au Duke University Hospital de Durham (Caroline du Nord).

La semaine dernière, Carmat a précisé que selon le protocole de recherche approuvé par la FDA (Food and Drug Administration), 10 patients éligibles pour une transplantation doivent être recrutés dans cet essai américain. D’ailleurs, trois autres centres aux États-Unis sélectionnent actuellement des patients pour cette étude.

En décembre 2020, Carmat a reçu le marquage CE en Europe, ce qui lui a donné le feu vert pour commercialiser des cœurs artificiels en Europe, comme passerelle pour la transplantation : c’est-à-dire en attendant la greffe. Cette autorisation a été obtenue grâce aux résultats positifs à mi-parcours de l’étude Pivot, démarrée en 2016 et toujours en cours.

 

Carmat veut conquérir l’Europe

En novembre 2019, les résultats d’une étude des 11 premiers patients implantés montraient que 73 % de ceux-ci avaient atteint une période de survie de six mois. Ils ont ainsi survécu grâce à une prothèse ou une transplantation cardiaque réussie.

En dehors de la France, ces opérations se font également au Danemark, en République tchèque et au Kazakhstan.

Carmat est entrée en bourse en 2010, se targuant d’avoir reçu 33 millions d’euros de Bpifrance. Il espère annoncer une autre commercialisation de son cœur artificiel en Europe avant la fin de l’année. L’entreprise cible spécifiquement la France et l’Allemagne, qui représentent ensemble 55 % du marché des équipements d’assistance mécanique (MCS) de l’UE.