Les Bourses asiatiques terminent la semaine en repli malgré la remontée du pétrole

  •   Le 04/04/2020 à 23h43
  •   DEHOUI Lionel

À la fin de cette semaine, les Bourses asiatiques retournent à la baisse. Elles s’interrogent à propos des impacts économiques engendrés par la pandémie du coronavirus, même si le marché pétrolier a de bonnes nouvelles. À ce niveau, les prix du pétrole ont rebondi. Le Nikkei qui reste un indice vedette de la Bourse de Tokyo a clôturé la semaine sur une note positive marquée par une légère hausse de 0,01% à 17.820,13 points. La séance était animée par des rebonds, mais aussi par des baisses à l’image de l’indice élargi Topix qui est retombé de 0,36% et à 1.325,13 points. En considérant la déclaration d’un responsable du groupe de gestion d’actifs Chibagin Asset Management appelée Yoshihiro Okumura, le Japon n’échappera pas au confinement dans les prochains jours. C’est désormais « réaliste » à Tokyo. Les investisseurs nippons demeurent inquiets malgré l’intervention de Trump entre Russie et Arabie Saoudite.

Trader sur le Nikkei 225 !
62% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.

Des États-Unis à Hong Kong

En cette fin de semaine, le nombre de chômeurs aux États-Unis a atteint un chiffre record. Le record précédent étant explosé de loin. Du coup, les chiffres hebdomadaires annoncés sur cette situation à la date du jeudi ont eu un impact significatif sur les investisseurs du marché asiatique ce vendredi. Les répercussions sont immédiates à Hong Kong avec la baisse de 0,19% en clôture pour l’indice Hang Seng, soit à 23.236,11points. La Chine continentale replie.

C’est la nouvelle en Chine. Son indice composite de Shanghai a reculé de 0,06% à 2.763,99 points. Son voisin de Shenzhen quant à lui a replié à son tour de 0,47% à 1.689,57 points. Pékin n’a rien pu faire pour empêcher la chute de sa monnaie face au dollar, même s’il lutte tous les jours pour avoir le contrôle du cours de sa monnaie. La grande partie de l’économie chinoise est basée sur la chute du yuan qui d’habitude facilite les exportations.

Rappel : Le commerce vers les marchés extérieurs est au point mort dans le monde entier en ce temps de crise sanitaire causée par le Covid-19.

 

Les valeurs attirantes

Dans la capitale japonaise, le groupe TOSHIBA a réalisé un gain de 3,15% avec 2.449 yens. Le groupe reconnu mondialement pour les appareils électroménagers et les nouvelles technologies a communiqué avoir effectué une requête auprès du centre de Nagoya et de la Bourse de Tokyo afin de faire son retour dans les premiers tableaux de valeurs. Face au dollar, le yen a régressé (un dollar pour 108,32 yens) au matin du vendredi de cette semaine.

Par ailleurs, la monnaie japonaise n’a pas connu le même sort face à la monnaie européenne qui est l’euro. Un euro s’échangeait à 116,96 yens ce vendredi contre 117,16 à la veille. En ce qui concerne le marché pétrolier, les cours ont oscillé en passant d’un recul à un rebond sur le continent asiatique. Rappelons que la journée du jeudi a vu le pétrole faire un progrès historique de l’ordre de 20% en Asie.

 

Les précisions

En effet, le baril de brut américain WTI a fait un rebond de 1,18% à 25,62 dollars. Le baril de Brent de la mer du Nord a repris 4,78% à 31,37 dollars.