La Bourse de Tokyo en légère baisse dans les premiers échanges

  •   Le 14/02/2020 à 01h32
  •   DEHOUI Lionel

Les gains de la veille enregistrés par Wall Street n’ont pas su profiter à la bourse de Tokyo qui se retrouve légèrement en baisse ce jour (jeudi 13/02). Il faut dire que l’évolution de l’épidémie du coronavirus l’a impacté. Alors que l’indice élargi Topix a connu une baisse de 0,47% avec 1.710,84 points, l’indice vedette Nikkei tombait de 0,18% à 23.817,28 points en début de séance. Par ailleurs, le mercredi, le président chinois XI Jinping se félicitait pour le déclin de l’effectif des nouveaux cas de contamination engendrés par le coronavirus Covid-19. Dans le même temps, les autorités chinoises ne pouvaient pas se douter des déclarations de l’Organisation mondiale de la santé qui estimait qu’il était « beaucoup trop tôt » pour se réjouir d’une fin absolue de l’épidémie. Le risque qui se profile à l’horizon est que les chiffres officiels concernant l’évaluation des conséquences de l’épidémie deviennent difficiles à interpréter.

Trader sur le Nikkei 225 !
62% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.

Les valeurs parlent

Le titre NISSAN a baissé de 2,15% à 565 yens tandis que les résultats du semestre 3 du constructeur automobile étaient attendus après la clôture de la Bourse de Tokyo. Ces derniers résultats ne présagent pas de bonnes choses, car l’on pourrait assister à une nouvelle baisse des objectifs annuels du côté de l’allié de Renault. C’est ce que rapporte le quotidien nippon Yomiuri Shimbun.

Aussi, il faut noter la dépréciation dont a été victime DENTSU. Le monde de la publicité et celui de la communication Dentsu connaissent très bien ce géant japonais qui a fait cas de son virement au rouge ce mercredi avec une perte estimée à 3.530 soit -2,35% en 2019 et qu’il a dû passer ces dépréciations dans le semestre 4 sur ses productions en Asie-Pacifique. Celles-ci ont été surclassées par la Chine et l’Australie. Mais contre toute attente, SoftBank affiche une résistance. À son niveau, les chiffres font état d’une hausse de +0,23% à 5.764 yens ce jeudi. Déjà à la veille (c'est-à-dire le mercredi), SoftBank Group a connu une hausse de 12% suite au feu vert de la justice américaine à propos de la fusion de T-Mobile US avec sa filiale de téléphonie mobile Sprint.

Ce même jour, le groupe a rendu publics certains résultats sur neuf mois très mitigés tandis que l’optimisme de son PDG se faisait clairement voir. Il s’est adressé à ses actionnaires sur un avenir prometteur avec un futur programme de rachat d’action tout en restant fidèle au vœu du fonds activiste américain Elliott. C’était un tout nouveau entré au capital du groupe.

 

Le pétrole

Le marché du pétrole se relevait progressivement suite à sa fulgurante progression le mercredi sur fond d’espoir des courtiers d’une nouvelle réduction de la production des pays connus dans l’exportation de l’or noir comme le groupe Opep+ afin d’endiguer la chute des coûts à cause de l’épidémie du coronavirus. Le prix du baril de brut américain WTI augmentait de 0,06% pour se retrouver à 51,20 dollars. Il sonnait 00H30 GMT. Mais notez qu’un dollar correspondait à 109,91 yens après cette même heure tandis qu’à la veille, il était à 109,88 yens suite à la clôture de Tokyo.