BNP Paribas Wealth Management pense que certains métaux devraient briller en 2021

  •   Le 19/12/2020 à 17h14
  •   DEHOUI Lionel

Selon BNP Paribas Wealth Management, les investisseurs ne devraient pas se concentrer seulement sur les actions. Dans le contexte de reprise économique qui s’annonce, il y a des métaux, qu’ils soient précieux ou non, qui s’avèrent très attrayants.

BNP Paribas Wealth Management pense que certains métaux devraient briller en 2021
Droit image : Global Panorama - Flickr

Les actifs à privilégier selon BNPP WM

Le responsable de la stratégie d’investissement de la branche de gestion de fortune de BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT, Edmund Shing, a confié à Reuters que leur stratégie consiste à privilégier les secteurs qui ont une exposition cyclique. Cela leur permettrait de profiter pleinement de la reprise économique qu’attendent tous les investisseurs.

Il ajoute aussi que les actions qui sont à privilégier dans ce contexte sont celles des pays émergents, ainsi que celles du Japon. En effet, on retrouve dans ce pays d’Asie, des sociétés appartenant aux secteurs cycliques. C’est le cas de l’automobile avec Toyota qui porte les indices japonais, ainsi que les biens d’équipement.

Pour BNP Paribas Wealth Management, la baisse du dollar est aussi une opportunité dont pourrait profiter les ressources de base en général et les métaux précieux en particulier. Edmund Shing explique également qu’ils ont une forte conviction sur l’or, surtout pour la diversification qu’il offre dans un portefeuille équilibré au moment où les obligations jouent timidement ce rôle.

 

Les métaux qui profiteront de la reprise économique

Selon Edmund Shing, le platine, l’argent et le palladium constituent également des métaux intéressants. Ceux-ci possèdent non seulement un caractère précieux, mais sont aussi prisés pour leur aspect industriel.

Il ajoute aussi que certains métaux de base tels que le nickel ou le cuivre sont également attrayants. En dehors de la reprise économique, ceux-ci devraient aussi profiter de leur exposition aux véhicules électriques pour les câbles et les batteries.

De plus, le fait que la Chine s’ouvre désormais aux étrangers constitue un atout considérable pour les marchés émergents. Cette ouverture de Pékin aux investisseurs étrangers sera l’un des évènements les plus marquants de l’année 2021. En fait, la dette souveraine chinoise est désormais incluse dans les indices obligataires mondiaux.

 

Un risque se profile à l’horizon

BNPP WM reconnaît que le marché obligataire traverse une période difficile avec des rendements faibles dus aux taux bas. Néanmoins, la banque pense qu’il y a un côté positif. Edmund Shing veut notamment parler de la dette souveraine émergente de la Chine, de même qu’une portion des obligations à haut rendement (high yield).

En revanche, le stratège de BNPP WM prévient qu’il y a un potentiel risque. Certes, la prévision de base annonce une relance dès la fin de la crise sanitaire, mais il y a des réserves. En réalité, le principal risque à craindre est celui de la reprise de l’inflation. Cela poussera les banques centrales et surtout la réserve fédérale à durcir leur politique monétaire. Ce qui pèserait à la fois sur le marché obligataire et celui des actions.

Cependant, BNPP Wealth Management pense que ledit risque n’est pas à redouter (en tout cas pas en 2021). En fait, les évènements comme la baisse des salaires et le chômage vont peser sur les prix.