Le projet de 20 banques européennes pour contourner Mastercard et Visa

  •   Le 29/06/2020 à 18h10
  •   HARMANT Adeline

Une  vingtaine de banques européennes sont en train de travailler sur un système de paiement appelé PEPSI pour Pan European Payment System Initiative, avec le soutien de la BCE. Ce système sera purement européen et a été présenté par le responsable monde cartes et paiement de la BNP Paribas mardi dernier. Ce projet ne concernerait par ailleurs que les banques de la zone euro et plus particulièrement les banques françaises.

Trader l’action BNP Paribas !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Le projet de 20 banques européennes pour contourner Mastercard et Visa
Droit image : Global Panorama - Flickr

L’objectif du projet PEPSI :

Le projet PEPSI consiste en réalité au développement d’un paiement instantané capable de gérer toutes les formes dématérialisées de versement par carte, virement, prélèvement ou mobile et vise plus de 60% des paiements en Europe. Ce projet a été initié à la suite d’inquiétudes de la BCE quant à la souveraineté des paiements et est donc davantage un projet politique.

Le but est donc ici de contrer la souveraineté des géants Visa et Mastercard ainsi que les réseaux chinois Alipay, Hipay et WeChat Pay.

 

Nouvelle tentative après le projet Monnet :

PEPSI est en réalité le deuxième projet de ce genre et rappelle le projet Monnet lancé en 2012 qui s’était soldé par un échec après des incertitudes quant à sa viabilité économique et aux réticences de la Commission européenne quant aux principe de libre concurrence. Reste à savoir si les esprits ont évolué depuis lors.

Le coût du nouveau projet, qui est estimé à quelques milliards d’euros selon la rapidité de déploiement mise en œuvre, notamment pour les cartes bancaires puisque cela demanderait de changer au moins 400 millions de cartes en Europe. Le financement sera celui des banques qui devront y trouver un bénéfice sur le plus long terme.

 

Un projet qui devrait se concrétiser en fin d’année :

Pour que le projet PEPSI aboutisse, il faudra fédérer tous les intervenants sur une solution unique paneuropéenne, ce qui n’est pas une chose facile. En effet, chaque communauté bancaire a ses habitudes de paiement et son système propre et il s’agit de mettre d’accord une dizaine de pays possédant leur propre schéma national dont la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne ou les Pays-Bas. Or, il ne s’agit pas non plus de mettre en commun tous les points forts de ces différents systèmes mais de trouver un équilibre afin d’éviter des investissements inutiles.

C’est en décembre prochain que les banques devraient arbitrer sur la poursuite ou non de cette initiative qui a déjà été présentée aux différents gouvernements, à la BCE et à la commission européenne. L’étude de faisabilité est en cours.

Les membres du projet espèrent une décision politique industrielle forte avec un marché du paiement en Europe en plein bouleversement. Il s’agit en effet de détenir une solution de paiement propre et de ne plus être dépendant pour certains types de paiements comme les paiements par carte ou par mobile de grandes entreprises étrangères. C’est le cas par exemple du paiement mobile qui est actuellement dominé par Apple Pay.