Les Banques britanniques chutent après avoir renoncé aux dividendes

  •   Le 02/04/2020 à 14h05
  •   DEHOUI Lionel

Ce mercredi a été suffisamment mouvementé au Royaume-Uni qui a vu plusieurs de ses entreprises céder à la pression de l’autorité de tutelle. Si ce fait s’est le plus fait remarquer hier, il n’est qu’une continuité de ce qui se produit chaque jour un peu partout dans le monde. En effet, les actions des principales banques du Royaume-Uni ont enregistré une baisse considérable le premier jour du mois d’avril. Il est important d’en parler. La Bourse de Londres a été marquée par la chute de l’indice FTSE-100 jusqu’à 3,51%. Juste après une heure de l’ouverture de la séance, le groupe HSBC perd 8,96%, Standard Chartered 6,48%, Lloyds Banking Group 5,56%, Barclays 5,01% et Royal Bank of Scotland perdait également 4,96%. Ce secteur d’activité regroupant les banques britanniques voulait initialement procéder à un versement de huit milliards de "Livres" à ses actionnaires. Soit environ 9,0 milliards d’euros environ.

Trader l'action Barclays !
62% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les Banques britanniques chutent après avoir renoncé aux dividendes

La réaction de la PRA

Le mardi dernier, la PRA qui n’est rien d’autre que la « Prudential Regulatory Authority », soit la gendarme du secteur bancaire britannique, a demandé à ce dernier de renoncer à son versement. Aussi, les plus hauts cadres des banques et compagnies d’assurance ne bénéficieront pas de bonus cette année selon la demande de la PRA adressée au secteur bancaire et celui de l’assurance. Pour la PRA, les banques britanniques sont assez capitalisées pour surmonter la récession.

Cette récession n’est pas typique à l’Angleterre, mais s’étend un peu partout à travers le monde. Plusieurs pays en Europe (comme la Suisse) ont invité l’ensemble du secteur bancaire à faire preuve de modération concernant le versement de dividendes. Au cours de la semaine écoulée, la BCE a donc suspendu ses versements pour l’exercice 2019 et celui actuel (2020). En France, cette mesure a été réitérée ce lundi par l’autorité de tutelle dudit secteur.

 

BNP Paribas, Société Générale, Natixis et la Finma

L’actualité économique en Europe tourne également autour de la suspension du paiement de dividendes par les groupes au profit de leurs actionnaires. C’est ainsi que la Société Générale avait déjà à travers un communiqué affirmé qu’il a officiellement renoncé au versement de dividende. Les conditions actuelles de crise sanitaire en sont la principale cause. Le groupe Natixis a également annoncé la même nouvelle à travers une annonce. Du coup, les actionnaires de BNP Paribas étaient inquiets.

Il faut rappeler avant toute chose que le groupe BNP Paribas avait préalablement affirmé qu’elle maintenait son dividende. Mais en considérant les différentes décisions annoncées, le groupe a annoncé qu’elle examinait posément la communication de la BCE afin de diffuser le communiqué conséquent dans les heures à venir. Les yeux des actionnaires sont aussi fixés sur le marché financier suisse à cause des déclarations de la FINMA sur la suspension des dividendes aux différents actionnaires.

Information : La FINMA est l’autorité suisse des marchés financiers. En Suisse, elle a appelé sans aucun succès le groupe UBS à procéder à la suspension temporaire de ladite rétribution à cause des effets économiques de la pandémie de Covid-19. Pour l’instant, UBS a simplement confirmé son dividende. Les prochains jours donneront raison à l’un ou l’autre.