Apple Store : le fabricant d’iPhone dans le collimateur des États-Unis

  •   Le 23/08/2021 à 08h19
  •   DEHOUI Lionel

Apple a récemment publié des comptes trimestriels solides. Ses bénéfices se sont révélés à 22 milliards de dollars américains, soit le double de ce qu’il a encaissé (il y a un an). Le bénéfice par action (1,30 $) a été supérieur aux attentes du marché (1,01 $) et la croissance des revenus fut meilleure que prévu. Toutefois, son prochain trimestre s’annonce difficile, car le Sénat étudie un projet de loi à son encontre.

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ceci est une annonce pour trader les CFD avec eToro
Apple Store : le fabricant d’iPhone dans le collimateur des États-Unis
Droit image : JJBers - Flickr

Apple se retrouve face à plusieurs défis pour le prochain trimestre

Si le trimestre précédent a été si époustouflant, quelques difficultés s’annoncent au cours du trimestre prochain. En effet, Apple risque d’être confronté très bientôt à une offre limitée d’iPhone et d’iPad, à la normalisation de l’évolution des activités de services et à une croissance des taux de change moins favorables.

D’un autre côté, les démocrates Richard Blumenthal, Amy Klobuchar et la républicaine Martha Blackburn ont proposé un projet de loi contre Apple et Google. C’est une norme qui a pour but d’interdire à Google et Apple de préinstaller leurs applications sur les smartphones. De plus, une fois adoptée, cette loi va supprimer l’influence des deux mastodontes sur les éditeurs d’applications. Ces derniers ne seront plus obligés d’utiliser leurs systèmes de paiement.

 

Les motivations des sénateurs

Au fil des années, Apple et Google ont livré une bataille farouche à leurs concurrents à l’insu des consommateurs. Ils prétendent être les gardiens bienveillants du marché, mais leur unique objectif est de gagner beaucoup d’argent. C’est ce que pense Richard Blumenthal, l’un des initiateurs du projet.

Ce dernier a ajouté que le projet de loi, soutenu par les deux partis politiques, brisera les barrières obligatoires de l’économie des applications. Il offrira plus d’opportunités de choix aux consommateurs, tout en permettant aux start-ups de survivre à la concurrence et de faire leurs preuves.

Les trois sénateurs ont déclaré que le projet s’intitule "Open Application Market Act" et a pour objectif de "protéger le droit de l’éditeur. Autrement dit, celui-ci pourra désormais orienter les consommateurs vers des fournisseurs qui appliquent des prix moins chers. Aussi, les consommateurs pourront se tourner vers d’autres canaux pour acheter ou télécharger les applications.

 

Apple poursuivi par Epic Games

L’entreprise dirigée par Tim Cook est actuellement en attente d’un verdict à propos du litige qui l’oppose à Epic Games, la société d’édition du jeu vidéo "Fortnite". Les deux sociétés se sont livrées à un affrontement judiciaire depuis début août, lorsque Epic a mis fin à son contrat avec Apple. L’éditeur a en effet fourni aux joueurs une solution pour contourner le système de paiement de l’App Store.

Epic a demandé à la juridiction en charge de l’affaire de déclarer que les règlementations d’Apple violent les lois antitrusts. La société souhaite que la cour oblige la firme californienne à faire de l’espace pour d’autres magasins d’applications et à faciliter la tâche aux développeurs.

En mai dernier, le patron d’Apple, Tim Cook, a insinué qu’un tel projet n’est pas une bonne idée. Il a promis que ce sera une véritable catastrophe si les magasins d’applications sont autorisés à figurer plus librement sur les smartphones.