Amazon Prime Day : Une grève de trois mois déclenchée par un syndicat allemand

  •   Le 02/07/2021 à 15h55
  •   DEHOUI Lionel

La grève annoncée par le syndicat va coïncider avec le Prime Membership Day. C’est une période au cours de laquelle Amazon offre des remises à ses clients. Lors de cet évènement, on observe généralement une situation qui entraînent une augmentation inattendue de la pression sur le centre de distribution du géant du commerce électronique. C’est pourquoi le syndicat Verdi a prévu de suspendre les travaux pendant trois jours.

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ceci est une annonce pour trader les CFD avec eToro
Amazon Prime Day : Une grève de trois mois déclenchée par un syndicat allemand
Droit image : Xabier Cid - Flickr

Un appel lancé par le syndicat allemand Verdi

Le responsable syndical, Orhan Ackerman, a déclaré dans une déclaration à Reuters que les employés du centre de livraison ont souvent du mal à faire face à l’afflux de clients. De plus, ils ne perçoivent aucun bonus pour la pression supplémentaire. De ce fait, plusieurs autres syndicats ont également appelé à la grève.

Ceux-ci soulignent que les blessures liées au travail augmentent pendant la période de vente annuelle et que les employés sont surchargés de travail. Depuis 2013, Verdi lance régulièrement des appels à la grève chez Amazon. Le syndicat revendique une augmentation des salaires, ainsi que des conditions de travail plus abordables.

Cependant, Amazon a lui-même déclaré qu’il offre de très bonnes rémunérations. En plus, 90 % de ses employés travaillent dans des conditions normales. Dans cette logique, l’entreprise a promis un salaire horaire minimum de 12 euros pour ce mois, qui sera révisé à 12,5 euros au cours des 18 prochains mois.

 

Les salariés américains se plaignent également

En réalité, ce n’est pas seulement en Allemagne qu’Amazon attire l’attention en raison des conditions de travail. Aux États-Unis, les plaintes concernant les conditions de travail anormales sont également fréquentes. C’est dans cette logique que l’entreprise essaie d’interdire la formation des syndicats depuis des années.

Pourtant, la pression au travail est si grande que les employés ne peuvent utiliser que des bouteilles ou des sacs postaux pour faire leurs besoins, afin de ne pas perdre de temps. Amazon a toujours démenti cette pratique, mais des mails qui ont fuité auraient confirmé que l’entreprise est au courant de cette situation.

Amazon a longtemps affronté les syndicats en Allemagne, qui est son premier marché après les États-Unis. Or, ceux-ci n’exigent que de meilleures conditions de travail et des rémunérations plus élevées.

 

Amazon veut interdire la formation de syndicat aux États-Unis

Malgré les contestations, le groupe américain continue de soutenir qu’il offre des salaires et des avantages sociaux généreux à ses salariés. Il précise aussi que lors des précédents appels à la grève régulièrement organisés par Verdi depuis 2013, plus de 90 % des salariés de son centre logistique ne se plaignaient pas de leur travail.

Conçues pour stimuler les soldes d’été du groupe, les opérations Prime Day permettent à Amazon de faire la propagande de son service payant « Prime ». C’est un évènement qui pousse ses clients à faire beaucoup plus d’achats en ligne que d’habitude.

Ces dernières années, Amazon a intensifié ses efforts pour empêcher la création de syndicats aux États-Unis, de même que les activités de relations publiques. Sa politique consiste à faire croire aux salariés qu’ils auront moins d’avantages et moins de salaires s’ils font partie d’un syndicat.

En avril de cette année, la plupart des employés d’Amazon en Alabama ont voté contre la création d’un syndicat après de telles directives.