Altice pourrait revendre son opérateur portugais Meo

  •   Le 06/06/2021 à 14h39
  •   DEHOUI Lionel

La semaine dernière, plusieurs médias européens ont rapporté qu’Altice envisagerait de libérer Meo pour continuer son programme de désendettement. À cet effet, le quotidien Expresso rapporte que le groupe aurait mandaté la banque Lazard pour chercher de potentiels acquéreurs.

67% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ceci est une annonce pour trader les CFD avec eToro
Altice pourrait revendre son opérateur portugais Meo

Une « décision » pas très surprenante

Le quotidien Expresso a annoncé que la banque Lazard serait chargée de sonder le marché pour trouver d’éventuels clients. Il a également précisé que Meo pourrait intéresser plusieurs fonds d’investissement, voire de grandes sociétés comme Orange. Cette dernière peut être particulièrement intéressée, car elle agrandit progressivement sa présence en Europe grâce à des acquisitions. D’ailleurs, Orange est déjà présent en Espagne.

Pour rappel, Patrick Drahi, l’actuel patron d’Altice avait procédé à l’acquisition de Meo en 2014. La société était dénommée Portugal Telecom à l’époque et appartenait au groupe brésilien Oi. Le prix de l’achat était de 7,4 milliards d’euros. Pour l’heure, cette acquisition a rapporté à Altice un bénéfice de 2 milliards d’euros, pour un EBITDA de 830 millions d’euros.

En outre, il convient de noter que les pylônes de Meo ont déjà fait l’objet de vente de la part d’Altice en 2020. Ceux-ci furent achetés par le groupe Cellnex, pour une valeur de 800 millions d’euros. De plus, un an plus tôt, Altice avait également vendu la fibre optique de la société portugaise. Celle-ci a été acquise par Morgan Stanley Infrastructure Partners pour plus de deux-milliards d’euros.

 

Altice sous la pression de sa dette

La société que dirige Patrick Drahi a une dette qui pèse au-delà de 30 milliards d’euros. Ainsi, vu combien de fois il est coûteux de déployer les réseaux 5G, la question demeure plus préoccupante.

De plus, la situation est encore plus accablante pour Altice lorsqu’on considère l’arrivée d’un quatrième opérateur au Portugal. Cela revient à plus de concurrence, et ainsi, à plus d’investissement. Par ailleurs, déjà présent en France avec SFR, le groupe a plusieurs projets en Amérique du Nord.

Aux États-Unis, il a réussi à se hisser parmi les quatre premiers cablo-opérateurs, dont il est le quatrième. En septembre 2020, il avait proposé d’acquérir la société canadienne Cogeco pour huit-milliards de dollars. Cependant, la « famille actionnaire » du groupe n’a pas donné une suite favorable à son idée. Une preuve de plus qu’Altice doit se libérer du poids de sa dette pour mieux avancer.

 

Altice ne reconnait pas les faits

Altice a envie de s’aventurer sur plusieurs marchés, mais il est bloqué par l’ampleur de ses dettes. Cependant, concernant l’idée de revendre Meo, le groupe a indiqué qu’il n’a jamais été question d’un tel projet. Il a ajouté qu’il rejette toutes les rumeurs à ce propos et que le prétendu recrutement de la banque Lazard pour la vente était faux.

Meo, qui appartenait à Oi a été racheté il y a 6 ans par l’homme d’affaires Armando Pereira. Concernant les bruits qui courent sur sa revente, Altice a répondu qu’il s’agissait d’une vieille rumeur qui refait surface.

Le groupe a annoncé que cela fait cinq ans que cette rumeur persiste, mais qu’il n’a jamais été question de céder Meo à l’heure actuelle. Il a également ajouté que de telles spéculations ne sont pas faites sur la société portugaise uniquement, mais sur plusieurs actifs du groupe.