Alstom : le groupe espère le feu vert de Bruxelles pour Bombardier Transport dès la fin du mois

  •   Le 23/07/2020 à 13h21
  •   DEHOUI Lionel

Pendant que plusieurs entreprises se bousculent pour publier leur résultat du premier semestre, d’autres sont déterminés à faire des acquisitions. C’est par exemple le cas du groupe Alstom qui espère pouvoir obtenir le feu vert de la Commission européenne en vue d’un rachat en particulier. En effet, il s’agit du rachat des activités de transport ferroviaire du groupe Bombardier. Selon la déclaration d’Alstom ce mercredi, il devrait avoir le feu vert dès la fin du mois. L’information est néanmoins communiquée par le PDG du groupe français (Henri Poupart-Lafarge) et devant toute la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale. La présentation de l’opération a eu lieu en mi-février et prévoit que le groupe français débourse un total de 6,2 milliards d’euros. Cette somme servira pour l’acquisition de la division « rail » de son homologue Canadien qui est lourdement endetté. Ce qui lui permettra de lutter contre toute concurrence chinoise dans le secteur. Remarque : Il faut dire que ce secteur est dopé par des commandes en vue des transports qualifiés de « verts ». Rappelons aussi que les autorités de Bruxelles ont repoussé leur décision concernant le projet de fusion il y a exactement 13 jours. Ce report devrait leur permettre de bien examiner les concessions offertes par Alstom pour avoir son feu vert.

Trader l’action Alstom !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Alstom : le groupe espère le feu vert de Bruxelles pour Bombardier Transport dès la fin du mois
Droit image : Mike Mozart - Flickr

Les précisions sur la solution proposée

Devant l’ensemble des députés, le PDG a clairement laissé entendre que toute son équipe espère avoir l’approbation de la Commission à la date du 31 juillet. En dehors de cette concession, le groupe français Alstom a fait la proposition de liquider son site de production de Reichshoffen. Autrement dit, il s’agit du régulateur européen. Selon les explications du PDG, le rapprochement entre les deux groupes donnera lieu à une importante part de marché.

Cette dernière atteindra les 50 % sur le segment des trains régionaux selon le dirigeant. Soulignons que le site alsacien assure la fabrication des trains régionaux Coradia Polyvalent tout en employant plus de 800 individus. La solution d’Alstom avait été préférée en dépit d’une cession du site français de Bombardier Crespin. Ce dernier étant une autre solution, car Crespin (Nord) produit aussi des trains urbains ainsi que des trains régionaux selon les déclarations du PDG.

 

Alstom à la recherche d’un repreneur

Henri Poupart-Lafarge a aussi indiqué ce mercredi que le groupe Alstom désire trouver un solide acheteur afin de racheter le fameux site alsacien. Il précise néanmoins qu’il est un peu tôt pour citer des noms de potentiels repreneurs. Toutefois, le PDG a notifié que le n° 1 mondial du secteur, soit le chinois CRRC, n’est pas en liste pour la reprise du site à céder. La situation a naturellement suscité des réactions chez certains députés.

Ces derniers ont donc interpellé le dirigeant d’Alstom sur la décision de son équipe de céder Reichshoffen. Celui-ci répond en disant qu’il est résigné devant les règles de concurrence en vigueur sur le continent européen. Il a notamment cité le dossier Siemens qu’il a connu dans le cadre du projet de rapprochement entre lui et son concurrent (Siemens) dans le ferroviaire. Le projet a été avorté après son blocage par la Commission européenne en février 2019.