Allemagne : l’économie bascule dans la récession au premier trimestre

  •   Le 16/05/2020 à 17h28
  •   DEHOUI Lionel

En cette fin de semaine, tous les regards sont tournés vers l’Allemagne. Ce vendredi, Berlin est bien sous tous les projecteurs. Après la nouvelle concernant le changement du président de la Cour constitutionnelle, l’actualité de ce vendredi aborde aussi l’économie de Berlin au premier trimestre (T1). Il faut dire que sur cette période, l’économie allemande s’est retrouvée dans la récession tout en subissant sa plus forte baisse jamais enregistrée depuis 2009. Soit depuis la crise financière mondiale.

--- Publicité ---
Trader sur le Dax 30 !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Allemagne : l’économie bascule dans la récession au premier trimestre

Les causes de cette récession

La seule raison qui explique cette forte régression reste exclusivement les mesures de confinement adoptées par l’Allemagne dans la lutte contre le Covid-19. Il s’agit principalement de la fermeture des entreprises, mais aussi des commerces. Ce qui explique la première valeur officielle annoncée ce vendredi sur le produit intérieur brut (PIB). En effet, le PIB de l’Allemagne est descendu de 2,2 % au premier trimestre de 2020. Un chiffre en droite ligne avec le consensus Reuters.

Information : Pour les économistes, le PIB de la première puissance économique européenne qu’est l’Allemagne devra chuter davantage au T2. Car les mesures de confinement ont été en vigueur principalement au cours des mois d’avril et de mai dans le pays. Logiquement, les secteurs du tourisme et de la restauration ainsi que d’autres secteurs ont été arrêtés spontanément.

 

Berlin en récession, mais moins souffrant

Il est important de remarquer que la souffrance de l’Allemagne reste moindre face à celle de l’Italie et de la France. Au premier trimestre, l’économie de ces dernières a respectivement régressé de 4,7 % et de 5,8 %. En effet, l’Allemagne a été avantagée par la décision des seize Länder de son territoire. Ils ont simplement autorisé quelques entreprises dans l’industrie à continuer de fonctionner sur les différents chantiers de construction. Ce qui représente 10 % du PIB allemand.

Le pays d’Angela Merkel enregistre ainsi une croissance de 1,8 % dans le mois de mars. En ce qui concerne le 4e trimestre de 2019, les chiffres sont revus à une baisse légère de 0,1 % contre la stabilité préalablement annoncée. C’est donc évident que Berlin est en pleine récession comme le montrent les deux trimestres consécutifs pendant lesquels le PIB reste en baisse. Le gouvernement allemand n’entend pas laisser la situation s’empirer.

 

Des mesures de sauvetage

Dans l’unique but d’arrêter l’impact économique de la pandémie provoquée par le Covid-19, Berlin a fait le lancement d’un plan de soutien économique. Le montant total d’exécution de ce plan est de 750 milliards d’euros et conduira à un premier accroissement de la dette publique allemande. Ceci depuis l’année 2013. D’autres mesures sont attendues de la part du gouvernement et dès le prochain mois pour orienter les entreprises dans la reprise d’activité après le confinement.

 

Les chiffres annoncés par des économistes

En considérant le premier trimestre 2019, l’institut fédéral de la statistique Destatis publie un PIB allemand contracté de 2,3 %. Un chiffre avancé après que l’institut ait corrigé ses données sur les variations saisonnières. Il faut rappeler que le même PIB était en croissance de 0,4 % au dernier trimestre de 2019. Selon les économistes, une baisse moyenne de 2,2 % d’un trimestre sur l’autre était prévue. Ils tablaient aussi sur un PIB en baisse annuelle de 2 %.