Vers une reprise d’Alibaba et Ant Group par le gouvernement chinois ?

  •   Le 13/01/2021 à 14h39
  •   HARMANT Adeline

C’est dans le cadre d’un article ciblant les futurs agissements du gouvernement chinois que l’on apprend ce matin que la Chine prévoit peut-être de nationaliser les géants Alibaba et Ant Group qui est sa filiale de paiement en ligne. Bien qu’il ne s’agisse que d’une hypothèse, les marchés semblent réagir vivement à cet effet d’annonce.

--- Publicité ---
Trader l'action Alibaba !
71% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Vers une reprise d’Alibaba et Ant Group par le gouvernement chinois ?
Droit image : Daniel Cukier

La nationalisation d’Alibaba et d’Ant Group est-elle réellement possible ?

En réalité et en regardant de plus près l’article concerné, la seule source citée est un article de Radio Free Asia qui est financée par le gouvernement américain. Or, cette entité est souvent qualifiée de propagande au bénéfice des Etats-Unis et a même été créée par la CIA en 1950 dans le but d’influencer l’opinion en Asie.

L’article de Radio Free Asia auquel on fait ici référence n’est pas sérieux et date par ailleurs du 25 décembre dernier et on constate également que les journaux et médias reconnus pour leur fiabilité et ayant des contacts avec des correspondants chinois de confiance n’ont quant à eux pas évoqué ce sujet. De la même manière, le gouvernement chinois et les deux entreprises concernées n’ont pas non plus émis d’annonce officielle à ce sujet que ce soit pour accréditer ou discréditer cette hypothèse.

Une loi chinoise qui sème le doute chez les particuliers :

Si la plupart des médias qui ont relayé cette info qui ressemble davantage à une intox sont nombreux, c’est aussi parce que la politique menée par la Chine envers les géants du web peut laisser planer un certain doute.

Rappelons en effet que le gouvernement chinois mène une guerre sans merci à ces entreprises comme c’est le cas dans d’autres pays et en Europe et que sa dernière proposition de loi vise justement les GAFAM.

Il semblerait donc qu’Alibaba soit depuis peu dans le viseur des autorités chinoises et fasse l’objet d’une enquête antitrust notamment à cause de pratique soupçonnées anticoncurrentielles comme l’exclusivité forcée obligeant les commerçants en ligne à ne choisir qu’un seul et unique canal de distribution pour leurs produits vendus en ligne.  Pékin avait cependant cherché à minimiser l’importance de cette enquête le 14 décembre dernier en infligeant une amende de 63 375 € en vertu de la loi anti-monopole de 2008 pour punir Alibaba de ne pas avoir correctement déclaré ses transactions passées. On y apprend en effet qu’Alibaba aurait notamment augmenté sa participation dans la chaine de grands magasins Intime Retail en 2017 sans en référer aux régulateurs chinois.

Ces éléments peuvent donc laisser planer un certain doute quant à la possibilité pour le gouvernement chinois de privatiser ces deux entreprises qui pèsent lourd en Bourse. On sait ainsi que « techniquement », une telle opération reste possible et que le gouvernement chinois ne surprendrait personne en agissant de la sorte. Reste à surveiller de près l’actualité d’Alibaba et d’Ant Group dans les jours à venir pour en avoir le cœur net.