Le groupe Airbus annonce la suppression de 15 000 emplois

  •   Le 02/07/2020 à 16h15
  •   HARMANT Adeline

Bien que l’on s’attendait à une annonce de ce type, la nouvelle a fait grand bruit hier sur les marchés. Le groupe Airbus a en effet annoncé la suppression de plusieurs milliers d’emplois dans le cadre de la présentation de son plan d’adaptation à la suite de la crise sanitaire et lors d’un comité d’entreprise européen réuni à Blagnac près de Toulouse.  Ce sont donc au total 15 000 postes qui vont être supprimés par le constructeur aéronautique avec 5 000 suppressions en France et 5 100 en Allemagne avant l’été prochain, ces deux pays étant les plus touchés.

--- Publicité ---
Trader l'action Airbus !
75% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Le groupe Airbus annonce la suppression de 15 000 emplois
Droit image : reeser - Flickr

Les suppressions de postes seront-elles des départs volontaires ?

Si le groupe français tente de rassurer les syndicats en indiquant dans un communiqué de presse que, bien que des mesures forcées ne puissent pas être exclues à ce stade, il va travailler avec ses partenaires sociaux dans le but de limiter l’impact de ce plan en utilisant les différentes mesures sociales à sa disposition, y compris les départs volontaires, les mesures de retraite anticipée ou encore le chômage partiel de longue durée pour les activités qui peuvent être concernées.

Les syndicats se sont bien entendu déjà exprimé à ce sujet en expliquant les limites à ne pas dépasser. Ainsi, le groupe FO qui est majoritaire dans l’entreprise indique que la ligne rouge est de diminuer ce chiffre qui lui paraît excessif et de mettre en place des mesures dans le but de ne pas avoir à déplorer de licenciement contraint.

De la même manière, le groupe CFE-CGC exige à peu près la même chose. Ainsi, Jean-François Knepper, délégué FO exclut un appel à la grève pour le moment et ajoute que cette crise est conjoncturelle et que le groupe Airbus est une entreprise solide.

 

Un échec du plan de sauvetage mis en place par l’Etat français ?

Force est donc de constater que le plan de sauvetage mis en place par l’Etat en cette période particulière n’aura pas suffi à sauver cette entreprise. En effet, l’annonce de ce plan de réduction des effectifs intervient malgré le plan de soutien d’un montant de 15 milliards d’euros à l’aéronautique qui a été annoncé par le gouvernement.

Bercy a ainsi également réagi à cette annonce en expliquant que le nombre de pertes d’emploi annoncé par le groupe était excessif. De son côté, le constructeur a remercié les gouvernements pour leur soutien en expliquant que celui-ci a permis de limiter ces mesures d’adaptation. Cependant, dans le contexte actuel avec un retour à la normale qui n’est pas attendu avant 2023 voire 2025, Airbus indique aussi qu’il est dans l’obligation d’aller plus loin. Le patron du groupe, Guillaume Faury, a ainsi indiqué qu’Airbus est confronté à la crise la plus grave que le secteur ait jamais connue et qu’ils doivent maintenant assurer la durabilité de l’entreprise et garantir leur capacité à émerger dans la crise en leader global du secteur aérospatial.