Trader l'action Eramet

Il est possible de spéculer sur le cours de l’action Eramet sur certaines plateformes de trading de CFD. Mais avant de vous lancer dans cette aventure, nous vous conseillons bien entendu de prendre le temps de lire cet article qui va vous apporter de nombreuses informations utiles à propos de cette entreprise et de son environnement économique. Grâce à ces nouvelles connaissances et à une vision complète des enjeux futurs d’Eramet, vous serez davantage en mesure d’anticiper les futures variations de son cours de Bourse. Nos vous expliquerons notamment quelles sont les activités détaillées de cette entreprise, qui sont ses principaux concurrents ou encore ses récents partenariats et nous reviendrons en détails sur son historique économique et financier. Bien entendu, vous pourrez ici suivre le cours de cette action en direct et connaitre ses données boursières importantes.  

Trader l’action Eramet en ligne !
Trader l'action Eramet
82% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent

Note: 4.67 3 votes

 

L’action Eramet en bref :

  • Capitalisation boursière totale : 2 128.03 MEUR
  • Nombre de titres : 26 633 660
  • Place de cotation : Euronext Paris          
  • Marché : Compartiment A
  • Indice : Non communiqué
  • Secteur d’activité : industrie minière

 

L’activité de la société Eramet :

Le groupe Eramet est une entreprise française dont la spécialité est l’extraction, la production et la vente de métaux non-ferreux. Mais cette entreprise exerce également des activités de production et de transformation de certains alliages. Pour mieux comprendre les activités d’Eramet, il est possible de les répartir en différentes catégories selon la part de chiffre d’affaires qu’elles génèrent et de cette manière :

  • Les activités de production, d’extraction et de vente de manganèse représentent le pôle le plus important d’Eramet avec plus de 52.5% du chiffre d’affaires total de l’entreprise. On y trouve différents produits comme les oxydes, les sulfates et les chlorures pour lesquels Eramet est le leader mondial, ou encore des minerais et alliages de manganèse pour lesquels Eramet est le numéro deux mondial. Parallèlement à ces produits, Eramet propose également des services annexes dans le domaine de la récupération et du recyclage de métaux issus des catalyseurs pétroliers ou encore des piles électriques.
  • Les activités d’extraction, de production et de vente d’alliages d’acier représentent quant à elles 29.8% du chiffre d’affaires total du groupe. Eramet y est notamment le numéro deux mondial sur les segments des aciers rapides et des pièces matricées pour l’aéronautique et la production énergétique mais on y trouve également des aciers spéciaux à haute performance et superalliages.
  • Enfin, les activités d’extraction, de production et de vente de nickel représentent 17.6% du chiffre d’affaires du groupe. Eramet est ici le leader mondial sur le segment du ferronickel. Il propose également du nickel de haute pureté à destination des superalliages ainsi que des poudres fines de cobalt et de tungstène.

D’un point de vue géographique, Eramet est une entreprise clairement internationale qui génère du chiffre d’affaires un peu partout dans le monde. Pour ce qui est de la répartition de ce chiffre d’affaires, 10.2% de celui-ci est généré en France et 36.2% en Europe. Le marché asiatique génère 30% du CA et le marché nord-américain en génère 18.3%.Viennent ensuite le marché de l’Afrique avec 2.5% du chiffre d’affaires, le marché de l’Amérique Latine avec 2.2% du CA et enfin le marché de l’Océanie avec 0.6% du chiffre d’affaires.

 

Connaitre la concurrence de l’action Eramet :

Bien que le groupe Eramet se classe premier ou second sur certains segments bien spécifique, il  reste en concurrence directe avec de nombreuses autres entreprises de grande taille un peu partout dans le monde. Pour bien  comprendre la concurrence de ce secteur d’activité, nous vous proposons donc maintenant de découvrir quelles sont les plus grandes entreprises minières au monde.

  • L’entreprise anglo-suisse Glencore PLC, qui résulte de la fusion en 2013 de Glencore et de Xstrata est leader de ce marché et est une entreprise à la fois de négoce, de courtage et d’extraction de matières premières.
  • Le groupe australien BHP Billiton est le second de ce classement. C’est un producteur de fer, de diamants, d’uranium, de charbon mais aussi de pétrole et de bauxite et une des plus grandes entreprises de ce secteur au monde.
  • La troisième place du classement est occupée par la société anglo-australienne Rio Tinto qui est présent un peu partout dans le monde avec des mines exploitées principalement en Australie et au Canada.
  • La quatrième entreprise de ce classement est l’entreprise chinoise Jiangxi Copper qui est surtout spécialisée dans le cuivre.
  • En cinquième place, on trouve encore une entreprise chinoise avec China Shenhua Energy qui est spécialisée dans le charbon mais aussi dans l’exploitation de centrales thermiques.
  • Le groupe britannique Anglo Americain PLC est sixième de ce classement et exerce avant tout des activités de production et de transformation minière dans les secteurs du cuivre, du platinium et du minerai de fer.
  • On trouve à la septième place de ce classement mondial l’entreprise japonaise Nippon Steel Corporation qui est un grand producteur d’acier.
  • Un nouvel acteur chinois occupe la huitième place du classement. Il s’agit de Yanzhou Coal Mining qui est avant tout spécialisé dans l’exploitation de mines de charbon.
  • En neuvième et avant-dernière position, on retrouve l’entreprise américaine Freeport McMoran Copper & Gold Inc qui est spécialisée dans la production de cuivre et d’or.
  • Enfin, la dernière place de ce classement revient à l’entreprise japonaise Hanwa.

En ce qui concerne les segments plus spécifiques de l’activité de Eramet, nous vous conseillons bien entendu d’aller plus loin et de réaliser une étude plus minutieuse de la concurrence segment par segment en veillant également à cibler les zones géographiques sur lesquelles Eramet a une place importante. L’analyse de la concurrence de ce groupe reste indispensable avant toute prise de position sur ce titre et vous devez y apporter le plus grand soin dans le cadre de la mise en place de votre stratégie.

 

Les alliances stratégiques mises en place par le groupe Eramet :

Le groupe français Eramet doit en grande partie son succès actuel à la mise en place par le passé de nombreux partenariats et alliances stratégiques savamment choisies. En effet, grâce à des collaborations ciblées, que ce soit avec des entreprises et même des états, Eramet a su consolider son positionnement sur le marché international et faire gagner de la valeur à son action en Bourse. Ainsi, il est important de connaitre les alliances passées afin de mieux se servir des alliances futures pour vos prises de position. C’est ce que nous vous proposons ici avec quelques exemples récents de partenariats d’Eramet.

En 2017 par exemple, le groupe Eramet a mis en place un accord de partenariat avec l’entreprise AT&M ou Advanced Technology & Materials. Cette alliance concerne l’évolution des activités de ces deux entreprises sur le marché chinois, notamment en ce qui concerne les aciers rapides. La filiale Erasteel d’Eramet devrait ainsi céder une participation de 10.29% qu’elle possède dans Heye Special Dteel à AT&M qui est son actionnaire majoritaire. Le montant de cette cession s’élève ainsi à 109.5 millions de yuans soit l’équivalent de 15 millions d’euros. De son côté, AT&M affirme alors qu’il cdera 51% de sa participation dans HEIML, un autre groupe chinois dansle domaine de l’étirage et du tréfilage d’aciers rapides à Erasteel, filaile d’Eramet, qui détient déjà 49% de cette participation.

Toujours en 2017, c’est avec l’entreprise de sidérurgie chinoise Tsingshan qu’Eramet a mis au point un partenariat.  Ce dernier est le leader de la production d’aciers inoxydables dans le monde et aidra ainsi Eramet à développer Weda Bay Nickel, une entreprise rachetée par Eramet en 2006, en Indonésie. Ainsi, Tsinghan procèdera à l’extension sa base industrielle basée en Indonésie afin de traiter le nickel par voir pyrométallurgique. Chacune de ces deux entreprises pourra ainsi commercialiser sa part de la production avec des premières ventes prévues pour l’année 2020 et plus de 30 000 tonnes de nickel de capacité. Pour cette alliance, le groupe Tsinghan entrera au capital de la co-entreprise Strand Minerals Pte à hauteur de 57% et Eramet à hauteur de 43%.

Plus récemment soit en 2018, le groupe Eramet s’est entretenu avec le ministre des mines du Gabon. Le but de cette rencontre semblait ainsi être de discuter du renforcement du partenariat entre la société minière française et ce pays et des différents projets qui permettraient au Gabon de se développer d’un point de vue économique. Notons ici qu’Eramet est déjà depuis longtemps partenaire de l’état gabonais et ne fait ici que renforcer une alliance déjà existante. Cela permettrait bien entendu à Eramet d’augmenter sa production globale dans ce pays et dons ses bénéfices, ce qui pourrait soutenir le cours de son action en Bourse.

Il est très important de suivre de très près tous les futurs partenariats que mettra en place Eramet étant donné que ces partenariats peuvent avoir une influence très importante sur le cours de cette action en Bourse. Pour cela, il vous suffit de vous abonner à un flux d’actualités personnalisés à propos de cette entreprise.

 

Historique économique et boursier de l’entreprise Eramet :

Pour réaliser une analyse  technique historique efficace du cours de l’action Eramet, il est indispensable de pouvoir relier les grands mouvements de tendance observés par le passé aux évènements qui ont marqué l’actualité de cette entreprise. Pour vous y aider, nous vous proposons maintenant un récapitulatif historique économique et financier de ce groupe français pour les dix dernières années.

Premièrement, en 2000, Eramet inaugure son complexe industriel gabonais à Moanda. Il s’agit d’une usine d’agglomération et d’enrichissement de minerai de manganèse qui vient agrandir la famille de produits de sa filiale Comilog et permet aux réserves de durer plus longtemps.

Deux ans plus tard soit en 2002, le groupe rachète plusieurs usines d’alliages de manganèse en Chine et sa filiale Erasteel acquiert 78% des parts de la société britannique Peter Subs. L’année suivante, en 2003, les activités d’alliages et de manganèse d’Eramet lancent un programme de restructuration suite à de nombreuses pertes dues à la fermeture d’une usine française et d’une usine d’alliages de manganèse en Chine. Rapidement, le groupe prend le contrôle total du centre de recherche de Trappes et de l’entreprise Eurotungstène.

En 2005, l’entreprise se concentre sur ses activités de recyclage de catalyseurs pétroliers en investissant dans diverses entreprises par le biais de sa filiale Gulf Chemical and Metallurgic Corp. Eramet achète ainsi une participation de 100% dans l’entreprise Bear Metallurgical et met en place une nouvelle usine de recyclage de ces catalyseurs pétroliers au Canada. Plus tard cette même année 2005, le groupe Eramet achète également la concession du train Transgabonais pour un contrat d’une durée de 30 années au total.

En 2006, on assiste à une nouvelle acquisition d’Eramet, à savoir l’entreprise Weda Vay Nickel en Indonésie, qui lui donne accès à un gisement important de nickel. L’année suivante soit en 2007, le groupe ouvre une nouvelle usine de bioxyde de manganèse électrolytique en Chine par le biais de sa filiale Erachem que l’entreprise revendra finalement en 2017. Dans la foulée, Eramet ouvre également une usine d’enrichissement de minerai de nickel en Nouvelle-Calédonie. L’entreprise construira également un atelier d’étirage dans le même pays et y ouvrira à la fin 2007 une mine.

En 2008, le groupe Eramet procède au rachat de 56% des parts de l’entreprise Tinfos en Norvège ce qui vient renforcer ses activités dans le manganèse en augmentant de plus de 20% la production d’alliages de manganèse dont majoritairement les alliages affinés. En 2009, Eramet met en place un accord de partenariat visant à céder 34% des parts de Strand Minerals en Indonésie à l’entreprise Mitsubishi Corporation. La même année, Eramet atteindra 100%de participation dans la société Eralloys qui réunit les activités de Tinfos en dehors de sa centrale électrique. Toujours en 2008, Eramet lance le chantier de construction d’un  complexe métallurgique au Gabon et d’une unité de transformation de titane en France. Enfin, cette même année, Eramet rachète l’entreprise française Valdi, spécialisée dans le recyclage des métaux non-ferreux.

L’année 2010 sera le cadre d’un scandale touchant Eramet après que Carlo Tassara France qui détient 13% du capital d’Eramet conteste les conditions de l’échange d’action de la famille Duval avec SIMA et Eramet. Il demande alors l’annulation de cet échange. Toujours en 2010, Eramet s’associe à Bolloré dans le cadre d’un accord d’exploration de gisements de lithium. La même année, Eramet signe un accord avec la STCPI concernant l’allongement de 18 mois du pacte d’actionnaires SLN. Enfin, toujours en 2010, Eramet signe un accord avec l’Etat du Gabon permettant la hausse progressive de sa participation au capital de la filiale Comilog.

En 2011, Eramet tentera de redorer son image de marque en établissant une charte éthique et en rejoignant l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives ou ITIE. Cette même année, le groupe ouvrira sa nouvelle unité de transformation de lingots de titane UKAD ainsi qu’une nouvelle installation spécialisée dans la métallurgie des poudres en Suède. A la fin de l’année, l’annulation de l’échange d’actions entre la famille Duval et Eramet par Carlo Tassara France est finalement rejetée par le tribunal, ce qui permet à cette famille de devenir le premier actionnaire du groupe.

En 2012, le groupe Areva qui était jusqu’alors actionnaire d’Eramet revend sa participation dans l’entreprise à FSI-Equation qui est une filiale du Fonds Stratégique d’Investissement ou FSI. A la fin de l’année, le jugement concernant la famille Duval et le groupe Tassara est remis en question et des spéculations vont bon train quant à une refonte de la structure du capital de l’entreprise Eramet. Il faudra attendre l’année 2013 pour que le premier jugement du tribunal de commerce soit finalement confirmé et que la Famille Duval soit définitivement tirée d’affaires.

L’année suivante soit en 2014, le groupe Eramet termine la construction deGrande Côte au Sénégal par le biais de sa co-entreprise avec la société australienne Mineral Deposite, appelée TiZiR. L’usine ainsi pu à produire des sables minéralisés et à générer des revenus. Toujours en 2014, la plateforme publique de recherche et de développement industriel Métafensch à Uckangeen Lorraine est inaugurée par le président de la République François Hollande. Eramet a été fortement impliqué dans ce centre.

En 2015, c’est le centre métallurgique gabonais de Moanda qui est inauguré, dans le cadre d’un partenariat public-privé avec l’Etat du Gabon. Cette usine a été la toute première du pays dans le secteur de la transformation du minerai de manganèse du pays.

En 2016, le groupe Eramet a revendu plusieurs de ses actifs avec la cession de BMC, GCMC, Erachem, Eurotungstène ou encore Sovimab.

Enfin, en 2017, le groupe inaugure l’usine de recyclage aéronautique EcoTitanium. Cette usine est la toute première de ce genre en Europe.

Comment commencer à trader l’action Eramet ?

Si vous envisagez de trader l’action Eramet en ligne avec les CFD, créez dès aujourd’hui votre compte de trading en ligne et commencez à prendre des positions sur ce titre ou sur bien d’autres actions françaises et internationales.

Trader l’action Eramet en ligne !
82% de comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD avec ce fournisseur. Vous devez vous assurer que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent