AB InBev : hausse de bénéfices en vue pour 2021 en dépit des marges sous pression

  •   Le 27/02/2021 à 03h32
  •   DEHOUI Lionel

L’économie mondiale est sur le point de retrouver son cours d’avant la crise sanitaire du coronavirus. Il suffit d’observer les tendances qu’affichent les différentes entreprises pour comprendre. De nombreuses publications de résultats au titre de l’année 2020 montrent que les groupes réaliseront probablement de meilleurs bénéfices en 2021. AB InBev s’inscrit dans cette dynamique malgré des marges sous pression.

AB InBev : hausse de bénéfices en vue pour 2021 en dépit des marges sous pression

Une amélioration en vue pour 2021

Les prévisions du groupe AB InBev (ou ABI) pour l’actuelle année en cours sont assez intéressantes. L’entreprise prévoit de connaître une amélioration significative pour 2021 suite à ses performances au Brésil et au Mexique. En effet, dans ces deux pays, le numéro un mondial de la bière a réalisé des bénéfices assez colossaux qui sont au-dessus des attentes prévues pour le dernier trimestre. Ce qui fait qu’il envisage de faire hausser la consommation ainsi que les prix.

Une action qu’il mettra en œuvre à mesure que les pays seraient en train de sortir de la crise sanitaire actuelle. Tout ceci se fera en dépit de l’augmentation du prix des produits de base ainsi que la transition vers une plus grande consommation à domicile. Ce sont là quelques conséquences de la situation sanitaire, qui ont influencé les résultats du producteur des marques telles que : Corona, Budweiser et Stella Artois.

 

L’Ebitda d’AB InBev

Dans ses résultats annuels, le groupe brassicole belgo-brésilien a affiché un Ebitda en baisse de 2,4 %. Un chiffre qui compte uniquement pour le quatrième trimestre avec un bénéfice avant intérêts, amortissements, impôts et dépréciations. Ce pourcentage de recul correspond à plus de 5,07 milliards de dollars, soit exactement 4,16 milliards d’euros pour ledit trimestre. L’Ebitda du groupe est donc au-delà du consensus placé à 4,80 milliards de dollars (équivaut à 3,94 milliards d’euros) par AB InBev.

La diminution des marges est notamment causée par la restriction du marché du fret. À cela, s’ajoute l’augmentation des emballages non-consignés, à l’instar des canettes moins chères destinées à la consommation à domicile. Celles-ci sont de plus en plus utilisées dans les restaurants et les bars à la place des bouteilles de verre et des fûts réutilisables consignés.

 

Hausse des ventes au Mexique et au Brésil

Le Brésil reste le deuxième marché du groupe AB InBev. Ce dernier y a enregistré une montée de ses ventes de bières en volume pour le quatrième trimestre. En effet, elles ont connu une hausse de 11,9 % par rapport au quatrième trimestre 2019.

Il faut dire que cette hausse est intervenue après qu’un tiers des citoyens du pays ait bénéficié d’un bon d’achat offert par le gouvernement en guise d’aide financière. L’ambiance est presque identique pour le groupe au Mexique.

En effet, AB InBev a gagné des parts de marché dans ce pays comparativement à son concurrent Heineken. Une réalité observée depuis que les marques d’ABI sont présentes chez OXXO, soit la plus grande chaîne de magasins de proximité du Mexique.

Après un coup d’arrêt de deux mois des activités de brassage dans le pays, les ventes ont haussé. Il faut préciser que cet arrêt d’activités a été imposé par le gouvernement.

 

Ventes en baisse

Dans le même temps, les ventes de volumes de bière sont en baisse de 6 % sur le marché européen, africain et au Moyen-Orient. Ceci s’explique par l’adoption des mesures de restriction en vigueur à cause du coronavirus. Toutefois, le groupe AB InBev a gagné des parts de marché en Allemagne, en France et aux Pays-Bas.